Séance de travail entre la Direction générale des douanes et le Bureau national du Syndicat des commerçants du Congo (SCC)

Les importateurs dénoncent le dépotage des conteneurs déclarés non suspects au scanner
27 Mar, 2019

Le Directeur général des Douanes et des droits indirects, Guénolé Mbongo Koumou, a eu une séance de travail, mercredi 27 mars 2019 à Brazzaville, avec la délégation du Bureau national du Syndicat des commerçants du Congo (SCC), conduite par son président, Vincent Ngambi.

 Les discussions ont porté sur les revendications contenues dans la fiche élaborée par les commerçants. Cette fiche s’articule autour de quatre volets. Entre autres : la problématique de dédouanement des marchandises au port autonome de Pointe-Noire ; la Douane à Brazzaville ; un document annexe intitulé « Mémorandum sur les tracasseries et pressions que subissent les commerçants de la capitale économique du Congo et leurs pistes de solution ».

Parmi les pressions figure le dépotage des conteneurs déclarés non suspects au scanner par des douaniers véreux. En effet, ces derniers suivent et imposent des taxes supplémentaires aux commerçants qui ont pourtant dédouané leurs marchandises au Port de Pointe-Noire, et qui s’apprêtent à les mettre en dépôt. Ils violent ainsi les dispositions du Décret de 2014, interdisant le suivi d’un conteneur déjà dédouané et déclaré non suspect.

 Autre comportement dénoncé par les commerçants : le retard des douaniers à leur lieu de travail. Ce qui engendre des frais d’ouverture de bureau après 14 heures, exigés des commerçants importateurs. Il y a aussi la taxe post-scanning de Cotecna, qui est évaluée sans associer la Douane. Ce qui occasionne un double paiement des honoraires par les commerçants.« Toutes ces taxes supplémentaires poussent le commerçant à vendre plus chères leurs marchandises, pour compenser les frais dépensés. La conséquence est que les prix galopent et le panier de la ménagère devient maigre »,a déploré Vincent Ngambi.

 

Appel aux Douaniers à naître de nouveau

En réponse à toutes ces doléances, le Directeur général des douanes et des droits indirects a lancé un appel aux Directeurs départementaux des douanes à faire respecter l’éthique du douanier, c’est-à-dire à rompre avec les antivaleurs, telles que l’escroquerie, le retard au service, etc. Il a promis aux commerçants de trouver de bonnes solutions à leurs problèmes dans les meilleurs délais. Notamment, à faire des frontières congolaises, « des Frontières SMART (Sécurisation ; Mesure ; Automatisation ; Gestion des risques ; Technologie). C’est-à-dire des frontières électroniques et intelligentes pour des échanges commerciaux fluides et un mouvement sans entrave des personnes et des marchandises », thème sous lequel a été célébré, le 26 janvier 2019, la Journée mondiale de la Douane.

 

Le Service de presse du Ministère des Finances

Category:ACTUALITé
Sub Category:DOUANES