Ateliers des régies financières - La Caisse congolaise d’amortissement (CCA) à l’heure des réformes

15 Mar, 2018

Les ateliers consacrés à l’amendement des documents sur les réformes des régies financières et  autres administrations relevant du Ministère des Finances et du Budget se sont poursuivis, mercredi 14 et jeudi 15 mars 2018 à Brazzaville, avec les cadres et agents de la Caisse congolaise d’amortissement (CCA).

 

Sous la supervision du président du Comité des réformes, Henri Loundou, Directeur général de la comptabilité publique, assisté du Conseiller administratif et juridique, Jean-Marie Montsagna, et du Directeur général de la CCA, Théodore Ikémo,  les participants ont examiné et amendé quatre documents ; à savoir : l’Etat des lieux, le Plan stratégique 2018-2022, le Plan d’action 2018, assorti du budget prévisionnel de la CCA.

De l’Etat des lieux de la CCA, il a été relevé  que cette structure unique chargée de la gestion de la dette est logée dans un bâtiment qui abritait le siège national de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), dont il est question aujourd’hui de déterminer le propriétaire.

 Ses difficultés de fonctionnement sont essentiellement dues à la non-tenue de son Conseil de gestion qui ne s’est plus tenu depuis 2005 ; l’inadaptation de l’organigramme aux missions actuelles ; l’absence de nomination aux postes  de direction et de service dépourvus de leurs responsables depuis 2007 ; la réduction des ressources financières affectées au fonctionnement ; l’insuffisance et la vétusté du matériel informatique ; l’absence de formation du personnel due au manque de ressources financières ; l’absence de manuel de procédures ;…

Au titre du Plan d’action 2018 de la CCA, il est prévu l’acquisition du matériel informatique, notamment, un logiciel de gestion de ressources humaines ; l’aménagement et la modernisation de la salle informatique ; le recrutement de deux informaticiens qualifiés ; la création d’un site internet ;  la mise en place d’un plan de formation du personnel ; l’élaboration et la mise en œuvre du Plan d’apurement de la dette intérieure (instances Trésor et dépenses non ordonnancées) ; la renégociation, dans le cadre, d’un Programme avec le Fonds monétaire international (FMI), des accords de dette avec les créanciers bilatéraux et privés (dette extérieure); l’Audit des arriérés commerciaux et sociaux (dette intérieure) ; etc.

Quant au projet de budget prévisionnel de la CCA exercice 2018, il a été estimé provisoirement à 820 millions de francs CFA.

Clôturant les travaux de cet atelier, le président du Comité des réformes a recommandé au secrétariat des travaux d’insérer l’opérationnalisation du Comité national de la dette publique (CNDP) dans le Plan d’action 2018. Ce Plan devra aussi mentionner le timing d’exécution de chacune des actions ciblées. Il a également suggéré l’organisation des ateliers groupés entre plusieurs administrations ou services concernés par une action donnée, afin d’harmoniser les procédures. C’est le cas entre la Direction des systèmes d’information (DSI) et la CCA sur la gestion informatisée des 98 agents que compte cette Caisse. 

A noter que tous les documents amendés en ateliers seront adressés à la tutelle en version électronique, pour permettre au Ministre des Finances et du Budget, Calixte Nganongo, d’avoir une lisibilité sur les spécificités de chaque structure sous tutelle, qui seront intégrées dans le Document de stratégie globale de gestion des finances publiques (DSGGFP) 2018-2022.

 

 

Le Service de presse du Ministère des Finances

Category:ACTUALITé
Sub Category:CCA